vendredi 4 septembre 2015

retour d'Allemagne #2

Cela faisait 20 ans que je n'étais pas allée en Allemagne et voilà que je m'y rends 2 fois dans la même année  ! Mais lorsque de belles occasions se présentent, il faut s'en saisir ...

L'objectif premier de ce voyage était de faire découvrir ce pays à mon fils qui apprend cette langue au collège. Mes expériences personnelles m'ont apprises qu'une langue s'apprend en la pratiquant et donc quoi de mieux que l'immersion !

Mais bien sûr, ne soyons pas hypocrite, la découverte d'une autre culture, d'un autre pays, exercer mon allemand (et prendre certains risques linguistiques), partir avec mon fils pour resserrer quelques liens étaient pour moi mes priorités.
Porte Holstentor de Lübeck


J'ai fait bien des découvertes et certaines m'ont un peu plus marquées. Alors, oui,  il y a certaines anecdotes comme :

- les rond-points n'existent pas en Allemagne, ce qui a rendu certains demi-tours un peu plus difficiles (maudit GPS !),
- les allemands ont, comment dire, un rythme alimentaire un petit peu différent du notre ...
- En Allemagne, les escargots sont des espèces protégées ! ainsi que les frelons ...
- mais aussi, les maisons n'ont pas de volets, si si ! alors comment dormir ?


Mais est-ce vraiment anecdotiques ? Cela m'a poussé à quelques réflexions :

En France, les rond-points sont apparus pour rendre la circulation automobile plus fluide à cout de budget faramineux. Selon l'observatoire des gaspillages, c'est 40 000 rond-points en France avec un coût moyen de 1 million d'euros (faites le calcul). Chez nos voisins, l'accent a été mis sur les pistes cyclables ... Peut être que moins de voitures et plus de vélos rendrait la circulation fluide aussi.

 Pendant 15 jours, j'ai mangé lorsque j'avais faim. Et c'était nouveau pour moi : convaincue que notre corps à besoin de régularité, il m'est déjà arrivé de manger sans faim, parce que c'était le moment.  Ce fût donc pour moi, une drôle d'expérience de manger un sandwich à 14 h seulement (et non midi), simplement parce que j'avais faim. Mais finalement, ce n'est pas pour ça que l'on mange ?

Il aurait fallu voir ma tête lorsque Antje, mon amie allemande, m'a appris que les escargots étaient protégés en Allemagne. En faite, Antje a un "énorme" problème dans son jardin : il est envahi de limaces, et pas des plus petites. Et quand je dis envahi, c'est envahi. Lorsque j'allais chez elle, je devais faire attention où je mettais les pieds pour éviter "l'escargoplanage" (private joke) et je slalomais entre une dizaine de limaces avant d'arriver à sa porte. Alors bien-sûr, question naïve de ma part : "mais pourquoi tu n'utilises pas d'antilimace" (alors qu'elle était en train de pester contre ces dévoreuses de plantes vertes). La réponse fût simple "bien, parce que ça tue aussi les escargots". Chez nous, ces drôles de bêtes sont vus comme des nuisibles, comme, bien, une grande partie des habitants des jardins à 6 ou 8 pattes ou voir sans pattes du tout. L'homme s'est accaparé le monde dans lequel il vit et décide donc qui a le droit d'y vivre ou non. Alors, qu'à bien y réfléchir, c'est bien lui qui crée les désordres transformant de "simples" insectes/champignons/bactéries/plantes  en "ravageurs". Alors j'admire Antje qui accepte une cohabitation difficile avec des limaces afin de préserver les escargots protégés et qui regarde dépit ses jolies fleurs se faire dévorées.

Et l'histoire des volets !

Dans les chambres, un volet camoufle la lumière et permet donc de dormir dans le noir. Enfin, chez nous ! Lorsque j'ai constaté l'absence de volets, ce fut ma première angoisse : je serais réveillée à 5h du mat, au levé du soleil. Et bien en faite non. Je me réveillais bien plus tard et en douceur. Dormir sans volet m'a permis de vivre au rythme du soleil, ce que j'ai vraiment apprécié.

Au rez de chaussée, chez moi, les volets servent à éviter les effractions. Ce qui a questionné mon mari : "mais, ils n'ont pas peur d'être cambriolés ?" Antje m'a simplement répondu : "ba, oui, mais y a rien à voler chez moi ..." Et finalement, chez moi non plus. Qu'avons nous de plus précieux ? une télé, un four, un ordinateur ... ou bien d'autres choses qui ne sont pas matériels ?

Pourquoi, j'ai choisi cette photo comme illustration ? La première raison est que Lübeck est une très jolie ville et que ce mélange de briques rouges et de toits en cuivre vert, me plait très particulièrement, mais aussi parce que sur la porte d'entrée de la vielle ville, la porte Holstentor, se trouve une inscription qui me parle beaucoup (merci wiki !) :



"Harmonie à l'intérieur, paix à l'extérieur"


Jamais encore, je ne l'ai fait. Mais aujourd'hui, je souhaite dédicacer cet article à 2 chouettes filles :  Antje et Marret. L'une m'a accompagné pendant ces 10 jours, m'a fait pratiquer mon allemand et surtout m'a fait découvrir certaines subtilités sur nos différences qui finalement nous rapprochent. La seconde m'a prêté sa maison au joli toit végétalisé, sans rien attendre en retour. Je ne suis pas très habituée à ce type de générosité. Ceci prouve bien que la confiance est possible et qu'elle permet de belle rencontre.


Comme me l'a dit Antje et ce sera le mot de la fin : Faire des échanges, visiter d'autres pays permet de découvrir la réalité d'un pays, de ses coutumes, de ses modes de vie et donc de lever des préjugés qui nous encombrent et nous éloignent.

Et finalement, qu'est ce qui nous sépare ? Des frontières instaurées par l'histoire et la politique, des langues qui finalement ne sont pas des barrières, un mode de vie un peu différent, mais adaptés au climat/condition d'approvisionnement de la région ... RIEN, quoi ! Nous faisons tous partie de la même famille, l'humanité, habitant la même planète, si belle, si petite et si unique !








1 commentaire :

  1. Coucou! Je découvre ton blog par le biais de l'éco-défi d'échos verts. :)
    Pour l'histoire des volets ils ne servent de loin pas qu'à couper une pièce du soleil au matin ou à la sécurité mais aussi à isoler les maisons. D'autant qu'à une époque le double voire triple vitrage n'existait pas. Et les fenêtres, avec les toitures et les portes, sont de véritables gouffres d'énergie perdue au niveau isolation. Ça marche dans les deux sens, car en été, en orientation plein sud, notamment dans le sud de la France, les volets (en bois) permettent de limiter l'augmentation de la température intérieure d'une habitation. En fait les volets quelque part c'est un peu comme des paupières qui protègent les yeux... Sinon on peut compenser avec des volets intérieurs (on faisait comme ça avant le 19ème-20ème) et aussi des rideaux parfois très épais qui "coupent" la lumière ou le froid. Enfin, aux rez-de-chaussée, selon les communes (et les assurances) il est obligatoire de faire poser des barreaux ou d'avoir du verre Sécurit pour limiter les effractions. Dès qu'il fait meilleur (fin de l'hiver) on laisse les volets de notre chambre tout le temps ouverts, j'aime me réveiller au lever du soleil et avoir une longue journée! ;) Bonne continuation.

    RépondreSupprimer